tabac-et-cancer

Le tabac, premier risque de cancers

Le 2 novembre 2016 prevention-depistage

Le tabac, premier facteur de risque évitable de cancers

Le tabac arrive en tête de toutes les causes de cancers, loin devant les autres facteurs. Chaque année en France, 78 000 décès, dont 47 000 par cancer, sont liés à sa consommation. Il constitue ainsi la première cause de mortalité évitable par cancer : on estime que, sans tabac, un quart des décès par cancer pourraient être évités.

Même si une amorce de recul de la consommation de tabac chez les fumeurs réguliers a été constatée en 2014, attribuable en partie à des hausses de prix répétées et à l'usage de la cigarette électronique, la situation de la France reste préoccupante avec 28,2 % de fumeurs réguliers, l'un des taux les plus élevés dans les pays occidentaux. De même, le nombre de personnes qui expérimentent le tabac reste trop important (près de 80 %), selon le dernier Baromètre santé de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES, 2014).

TABAC ET CANCERS

Le tabac est la cause directe ou un facteur favorisant pour de nombreux types de cancers. Il est responsable de plus de 8 cancers du poumon sur 10, de près de 70 % des cancers des voies aérodigestives supérieures (bouche, larynx, pharynx, œsophage) et de 50 % des cancers de la vessie. Il serait aussi impliqué dans le développement des cancers du foie, du pancréas, de l'estomac, du rein, du col de l'utérus, du sein, du côlon-rectum, de l'ovaire et de certaines leucémies. Soit, au total, 17 localisations différentes de cancers.

La nicotine, naturellement présente dans le tabac, favorise l'addiction mais elle n'est pas cancérigène. En revanche, la fumée du tabac contient 7 000 substances chimiques, dont 70 sont des cancérigènes connus (benzène, arsenic, chrome, goudrons). Ce sont ces substances qui favorisent le développement des cancers.

Le tabac présente un risque pour la santé, quel que soit son mode de consommation (cigarette, cigarette aromatisée, cigarillo, cigare, pipe, tabac à rouler, chicha, tabac à priser ou à chiquer) ; les cigarettes à moindre teneur en nicotine et en goudrons ne sont pas moins cancérigènes que les autres.

LE TABAGISME PASSIF

Le tabagisme passif est l'exposition à la fumée de tabac dans son environnement. Même si ses dangers sont moins élevés que pour le fumeur actif, ils sont aujourd'hui prouvés et largement reconnus : l'OMS estime que plus de 630 000 décès y sont imputables chaque année dans le monde.

En France, près de 1 100 décès seraient liés au tabagisme passif chaque année, dont 150 par cancer du poumon. Ces données ont conduit les pouvoirs publics à prendre des mesures réglementaires afin d'interdire l'usage du tabac dans les lieux publics (décret du 15 novembre 2006).

Les enfants de fumeurs sont particulièrement exposés au tabagisme passif. Au-delà de la gêne occasionnée, l'inhalation de cette fumée présente de nombreux dangers : elle augmente significativement les risques de mort subite du nourrisson, d'infections respiratoires et, à l'âge adulte, celui de souffrir de maladies cardiovasculaires ou de certains cancers, en particulier du poumon. Ce risque s'accroît en fonction de la durée et de l'intensité de l'exposition à la fumée.

Source : Institut National contre le cancer

 

  Cancers du poumon (2015)   Fréquence     Mortalité  
  Hommes   30 401 cas   2ème cancer   20 990 décès   1er cancer
  Femmes   14 821 cas   3ème cancer   9 565 décès   2ème cancer

 

  

© 2017 www.agoraweb.io - Comité Côte d’or de la Ligue contre le cancer - Mentions légales